L’abonnez-vous

Connectés

Archives

 

 

Lecture de Voix éclatées

C'était le 13 novembre 2018. La librairie Le Bleuet recevait des collégiens de Banon. Une rencontre autour de la mémoire de la Grande Guerre et de l'armistice en Provence, en partenariat avec C'est-à-Dire éditions et BLEUET CIE. Lecture par Philippe Fréchet d'un poème...

Nuit marée montante

Dans le ciel océan le village chavire comme chavirent les navires J'entends la pluie et son pas de troupeau S'il neige, je le saurai Je le saurai au silence qui tombera des arbres   14 novembre 2018...

Bouquets

Tu sais, j'ai tout gardé ce qui doit être tu ce qui ne sera pas ce qui n'a pas de sens et ce qui s'est brisé J'ai fait des bouquets de nos étoiles   1er novembre 2018...

Méconnaissable

Aujourd'hui sur mon écran j'ai regardé passer la mer Mon enfance noyée dans ses flancs de détritus Ressac de plastiques gras J'ai vu aussi la mer vomir des naufrages et des hommes fermer la porte aux survivants   27 octobre 2018...

Douche

Sous le pommeau de pluie d'un lampadaire un papillon se douche aveuglément Il n'a de nuit que le faisceau trempé de ses ailes   10 octobre 2018...

Sous scellés

Soudain, volets de nuit plaqués à chaque fenêtre Le temps est sous scellés on n'approche plus que le silence Ecrire pour absorber les chocs Tracer un sillon soc et charrue de mots dans la chair lactée des étoiles   8 octobre 2018...

Odeurs baoulées

C'était un matin de France un peu gris, un peu tiède un peu moite un peu bleu de ce bleu dont sont faits les arbres Avec toi, l'Afrique soudain accessible à l'odeur d'un plein colis de fruits et la bouffée d'air froid échappée des valises et qui sentait l'avion le...

Un oreiller d’ailes mortes

A flot continu, la lumière débondée Musique aléatoire Les rues  jonchées de petites plumes flocons d'oiseaux comme si le ciel avait éventré un oreiller d'ailes mortes Veiller encore dans la distance entre les paysages dévidés et la zone d'ombre cette ombre pansue des...

Rouge et noir

Tu as effacé ton paysage désert rouge et noir-couchant Elle n'avait plus de vitres la fenêtre adossée au vent Cette fenêtre posée sur le sable D'un côté tu avais mis du rêve de l'autre j'avais des visions Tu as franchi le cadre nu Alors toutes les lunes se sont...