Ce jour où je ne suis pas revenue

J’ai vu défiler les talus secsaux herbes brûlées par l’hiverJ’ai vu défiler les chênes brunsJ’ai vu défiler mon payscomme on voit défiler sa vie au moment de mourirIl s’agissait bien de celamourir à tout mon paysagemourir à tout ce que...

Au clair de la lune

La nuit est à la fenêtre la fenêtre dans le miroir La nuit est dans le miroir et tout le clair de la lune flambe froid sur les murs 21 février 2019 ← Les poupées Un oreiller d'ailes mortes, Les Cahiers du Museur →...

Oublier

C’est trop lourd tout ce temps à exhumer Trop de pierres éboulées trop d’ombres à défaire des congères et des congères de silence Ajouter du bois vert sur la sole et la sève chuinte couve sous la brûlure Tu attends une mise à jour de la souffrance mais...

Par l’odeur affamée

L’odeur des poulets de rôtissoire dans la rue m’affame. Quelle que soit l’heure, même s’il est très tôt, même si je viens de déjeuner. Tu as déjà eu faim ? Très, je veux dire. De cette faim qui te crampe l’estomac. En ne sachant pas quel...