L’abonnez-vous

Connectés

Archives

Des images et des mots

Poésie de trottoir

C’est un très vieil article poème vidéo que je viens de retrouver, je l’avais complètement oublié. (merci Hayat !)
Ça date du troisième volet, 25 août 2011.

Poésie de trottoir from komêo on Vimeo.


Rappeler Martine

Pharmacie /!\
Chocolat (produit de base)
Penser à acheter des oeufs
Depuis que le renard de la vie a bouffé l’idée d’avoir des poules,
les oeufs c’est la première chose que je n’achète pas.
Crème fraîche Lait de coco
Sésame
Sésame j’en ai pas besoin
Gingembre
Pet-saï Georges en a. Mais je n’ose plus rien lui acheter, il ne veut jamais que je paye.
C’est con, les potes, des fois.

Ligne 7, bien sûr.
A écrire, j’ai encore loupé l’arrêt, voilà ! (Penser à ne plus dire voilà)
Je cherche l’inspiration d’un repas.
Quelque chose qui me donnerait assez faim pour m’obliger à cuisiner.
Cuisiner rien que pour soi demande tellement plus d’énergie !
Un jour on était dix-sept à table, j’avais trouvé que c’était peu.
Il y a des jours comme ça, on trouve que.
Je voulais aller où, déjà ?
Je prends des poubelles en photo, c’est exotique.
Reflets des devantures par terre.
Je lèche-vitrine au ras du sol
We are like railways always close to each other
Ce tag n’était pas là hier.
Ce poème de trottoir a fleuri dans la nuit j’ai bien fait d’être passée par là.
Penser à rappeler Martine.
Je ne retrouve pas « Océan mer » sinon neuf.
Bon, c’est que j’en ai pas besoin.
Je ne retrouve pas l’Amour.
Bon c’est que j’en ai pas besoin sinon vieux (ah non !)
Pharmacie /!\
Chocolat
Lait de coco
Gingembre
Pet-saï
Penser à acheter des oeufs

Voilà ça, c’est fait.
Penser à rappeler Martine /!\
Océan mer
Arrêter de dire voilà
J’écris arrêter de dire voilà et ça serait de la poésie ?
Vous rigolez ?

25 août 2011

 

Lecture de Refus d’obéissance

C’était aussi le 13 novembre 2018. La librairie Le Bleuet recevait des collégiens de Banon. Une rencontre autour de la mémoire de la Grande Guerre et de l’armistice en Provence, en partenariat avec C’est-à-Dire éditions et BLEUET CIE.
Lecture par Philippe Fréchet de Refus d’obéissance de Jean Giono, un texte également lu à Redortiers le 11 novembre.
La commémoration de l’armistice n’est sensée qu’en partageant de beaux textes pacifistes…

 

 

Lecture de Voix éclatées

C’était le 13 novembre 2018. La librairie Le Bleuet recevait des collégiens de Banon. Une rencontre autour de la mémoire de la Grande Guerre et de l’armistice en Provence, en partenariat avec C’est-à-Dire éditions et BLEUET CIE.
Lecture par Philippe Fréchet d’un poème tiré de l’excellent recueil de Patrick Quillier Voix éclatées (de 14 à 18), publié aux éditions fédérop.

 

Excusez du trop


Mise en voix de Sabine Venaruzzo le 19 octobre 2020

Déshabiter les mots

je n’ai pas l’habitude
ça me tait

Ces mots sous ma peau
ces verbes de bois brut
à fouiller sous la cendre
avec un tisonnier – de colère, pourquoi pas –
Phrases de silence à peine écorcé
Excusez du trop
Souffler sur la braise
ne pas laisser s’éteindre le feu
À mots couvants
écouter brasiller le poème

 

12 février 2018