Pause-café

Le ventilateur ne brasse que la lumière Et les volutes d’un air de saxo dans la rue Peut-on parler d’absence ? L’impression à ce point D’être ployée toute Vers toi C’est presque vrai que l’on est bien Sous l’ajour des...

Oraison

Une fois désossées les choses Que l’on se bavarde seul Dans la tête Que reste-t-il De tous ces mots que l’on rature De toutes ces froissures dans nos états de l’âme ? A peine formulée Toi et Toi Flammes follettes 22 septembre 2014 ← Trio...

Trio

Il est des silences précipités que rien n’arase La lumière me tient en joue Rémanente, chargée de joie Je ne bouge plus Réfugiée dans cette part d’exil qui est tienne Attablés tous les trois Ton silence, la lumière et moi 7 septembre 2014...

L’arbre du voyageur

Nuit immobile comme si elle ne devait jamais finir Goûter la lune, pleinement –  son reflet dans l’eau à peine frisé  – J’ai des idées à chasser qui me fourmillent au bout des doigts Seulement dénouer l’aube comme un ciel s’éventre...

Flamboyant

Sous la paupière soulevée des nuages Une enjambée de nacre en ciel Lamelles de feuillages Leur ombre ciselée sur l’ondulée des toits Et toi, subliminal Comme l’éclat blanc fugace des oiseaux Absence barbare Indissoluble   Même les arbres morts ont le port...

Australe

Un vent liquide houle Feuillette les champs de cannes Et quel que soit l’hiver C’est de la même eau d’ambre Que la lumière des blés au torrent de tes ciels Quelque chose pourtant est en train de se taire Un silence de pierre C’est lourd,...