Le ventilateur ne brasse que la lumière
Et les volutes d’un air de saxo dans la rue
Peut-on parler d’absence ?
L’impression à ce point
D’être ployée toute
Vers toi

C’est presque vrai que l’on est bien
Sous l’ajour des dernières frondaisons de l’été

1er octobre 2014

0