Nuit immobile
comme si elle ne devait jamais finir
Goûter la lune, pleinement
–  son reflet dans l’eau à peine frisé  –
J’ai des idées à chasser
qui me fourmillent au bout des doigts
Seulement dénouer l’aube
comme un ciel s’éventre au palmier voyageur
et coucher là son ombre
jonchée de brins d’étoiles
 
27 août 2014
0