Nuit immobile
comme si elle ne devait jamais finir
Goûter la lune, pleinement
–  son reflet dans l’eau à peine frisé  –
J’ai des idées à chasser
qui me fourmillent au bout des doigts
Seulement dénouer l’aube
comme un ciel s’éventre au palmier voyageur
et coucher là son ombre
jonchée de brins d’étoiles
 
27 août 2014
error0