Il est des silences précipités que rien n’arase
La lumière me tient en joue
Rémanente, chargée de joie
Je ne bouge plus
Réfugiée dans cette part d’exil qui est tienne

Attablés tous les trois
Ton silence, la lumière et moi

7 septembre 2014

0