Tri

Je laisse ma mémoire aux mouettes Je ne garde pas la mer seulement l’hiver de son rivage Je prends l’ocre et la falaise où j’ai suspendu deux volets Je laisse les rues sous la pluie et leurs lueurs diffractées Je garde le miel de la lumière Je prends...

Irrationnelle ?

Peur irrationnelle à la mesure de la beauté des horizons brûlés Les vents fouisseurs ont foré dans la roche des tourbillons de néant Peur de tout perdre maintenant que j’ai tant Ne rien omettre de la joie quitte à parfaire le contour des choses Instants...

Les chats

Leur panoplie de tigre roux de panthère noire de clown blanc Bandits de petits chemins   7 août 2017 ← Sept ans de malheur Nuitamment →...

Salade de saisons

Le printemps est évidemment vert de ce vert acide comme un parfum de pomme et de bourgeons L’été est toujours blond et sec de cigales Mistral/soda chaud effervescent De blond à brun il n’y a qu’un pas de lumière que fait l’automne Hâle de pain...

Vision sonore

Un train, soudain, dans le silence. Il était long, long, long, long, long, long, long… Il a traversé la nuit (presque deux fois la page) de long, long en large avant d’emporter son lot de wagons compartiments couchettes et de voyageurs assis assoupis,...