J’ai oublié l’adolescente parfum pomme
Mais le sillage Bambou imprègne les pages tournées
C’est comme un agenda
On pourrait reporter les voix d’un vieux décembre
Dans l’écho des prochains rendez-vous à venir
Décombres plurielles, intersections futures
J’insère mes tous petits différents univers
Galaxies du passé incluses
Dorénavant tu comptes
Tu t’immisces dans une solitude toute personnelle
Nouvelle
Si j’arrive à lâcher les pensées carcérales
Qui étiolent le menu déroulant de mon ciel
Depuis qu’il y fait noir
Depuis qu’il y fait loin
Alors peut-être qu’enfin cesseront d’être intactes
Mes belles incertitudes

Février 2012

0