Volets ou vers

 

 

Une poésie à plusieurs volets
chaque volet ouvrant sur une période donnée

Chroniques

Tristes ou gaies, des histoires vraies

Dernières parutions…

Tête à l’envers

Il y a des gens heureux aujourd’hui
Ça existe ?
Je ne les connais pas
Je traverse un autre pays
Les panneaux des villages ont la tête à l’envers
et les genêts dressent des murs de parfum

 

1er juillet, lendemain d’élections

 

Les perdus

Ils se sont éloignés
Ils se sont éloignés d’eux-même
surtout

Il paraît que c’est normal
que c’est banal
que c’est la vie

On les avait tellement chéris
qu’on les croyait au dessus de ça
de ces choses-là
qui arrivent dans la vie
ces choses banales et sales
et petites

On se doit d’effacer alors
les souvenirs confits

C’est comme s’ils avaient disparu
c’est comme s’ils n’existaient plus
mais peut-être qu’ils n’ont jamais existé
tels qu’on les croyait
des petits dieux

Ce n’était pas ça, la vie
quand on s’aimait

 

 

Ils se sont éloignés
Ils se sont éloignés d’eux-même
surtout

Il paraît que c’est normal
que c’est banal
que c’est la vie

On les avait tellement chéris
qu’on les croyait au dessus de ça
de ces choses-là
qui arrivent dans la vie
ces choses banales et sales
et petites

On se doit d’effacer alors
les souvenirs confits

C’est comme s’ils avaient disparu
c’est comme s’ils n’existaient plus
mais peut-être qu’ils n’ont jamais existé
tels qu’on les croyait
des petits dieux

Ce n’était pas ça, la vie
quand on s’aimait