J’ai écrit des chemins sinueux
des routes serpentines
des voies sans issue
peu carrossables
mais la brèche des palissades

Il est des choses qui ne peuvent s’écrire
elles ne sont pas envisageables

Il n’est pas envisageable
que la route s’arrête

au bout du vent

Entends ce vent déchirer le ciel
entends-le froisser les nuages

J’écris je suis arrivée là

Il suffit qu’une maille file le poème
et la vie se détricote
et tous les chemins, toutes les routes
et toutes les brèches des palissades

Il n’est pas envisageable
que tout s’arrête

 

22 mars 2019

0