Les mots lâchés comme des cailloux
Dans le puits béant de ta nuit
Leurs ondes se propagent
Encyclies de poème
que les parois absorbent
De la margelle où je me tiens
C’est ce que je ne vois pas
Un peu de ciel, il y aura bien
L’eau à ma bouche
 
5 juillet 2014
0